L'association La Ferme Paradis est une association d'aide aux personnes en difficulté agréée d'intérêt général.

Elle  a pour but d'intervenir
dans les domaines
de la pauvreté, de l'accueil
des exclus, des minorités

 

Actualités de l'année 2012

 

Soutenez nous par vos dons,
car beaucoup de personnes
dans le besoin attendent votre aide

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Actualités de l'année 2012

 

Association La Ferme Paradis 35 Lotissement Pappin
Rue Rosuel Doussaint Campêche
97121 Anse-Bertrand
( Guadeloupe)
Tel : 0590.28.86.68

Numéro de déclaration :
W231000739

Numéro de SIRET :
535 051 023 00021


E- mail: lafermeparadis@wanadoo.fr

Voeux de l'association

L’association La Ferme Paradis vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année et espère se mettre au service des plus démunis le plus vite possible. Pour cela nous avons besoin de vous !!!!

Pensez à ces personnes durant ces instants de fêtes de famille, car combien de ces personnes vont vivre ces moments comme une déchéance supplémentaire de leur vie. Car la pauvreté ne connaît pas le nom des fêtes, elle est présente tous les jours de l’année.


Les fondateurs de l’association.

24 décembre 2012 / Aux petits soins pour les oubliés de Noël

Article du France-Antilles Guadeloupe 24.12.2012

Un Noël sous les tropiques, dans la chaleur. Pourtant, certains auront le coeur froid, gelé par la solitude et les difficultés quotidiennes. Oubliés de la société, abandonnés, malades ou encore privés de liberté, ils sont nombreux à redouter les fêtes de fin d'année. Heureusement, il y a des associations qui se mettent en quatre pour venir en aide à ces oubliés.

- LETTRE AU PÈRE NÖEL
Cher père Noël,
Je m'appelle Nouria, j'ai 14 ans , je sais que ça fait longtemps que je ne t'ai pas écrit mais il faut comprendre. J'ai grandi, je ne crois plus en ce en quoi je croyais auparavant, mais si tu existes vraiment, j'aimerais que tu fasses quelque chose pour moi...
C'est Noël, donc la période des voeux, j'aimerais de tout mon coeur que tu exauces les miens. Ils vont un peu changer de ceux que l'on te demande d'exaucer habituellement mais ils me tiennent à coeur.
J'habite en Guadeloupe, c'est une île , elle est séparée de sa métropole par un océan. Et la Métropole, j'aimerais y aller plus souvent, ma famille et mes amis y vivent. Donc mon premier souhait serait que le prix des billets d'avion pour s'y rendre baisse un peu, que je puisse rejoindre ceux que j'aime plus facilement.
Si tu pouvais aussi baisser la violence, faire que les Guadeloupéens s'aiment un peu plus, qu'ils se respectent, qu'ils arrêtent de s'entre-tuer, de se faire du mal, de s'insulter. Comme cela, j'aurais moins peur de sortir de chez moi et de me promener la nuit.
J'aimerais aussi que tu redonnes aux jeunes l'envie de travailler, de réussir dans la vie. Il faut que tu leur fasses prendre conscience que rester assis dans la rue ne les mènera nulle part. Il faut qu'ils réussissent dans la vie pour que leurs parents soient fiers d'eux... Si tout le monde pouvait être heureux, que personne ne soit triste, que tout le monde puisse passer les fêtes en famille, ce se serait un cadeau merveilleux.
Nouria, élève de 3e au collège Michelet à Pointe-à-Pitre.

 

 

Pour lire la suite de l'article télécharger le document en PDF.

Article du France-Antilles Guadeloupe 24.12.2012

14 décembre 2012 / Pas de cadeaux de Noël pour les sans-abri

Article du France-Antilles Guadeloupe 14.12.2012

Ouvert en 2005, le centre d'hébergement de nuit Saint-Vincent de Paul accueille les sans domicile fixe. La responsable fait un point et déplore un manque de solidarité ambiant.

En période d'austérité, la solidarité trinque, et le centre d'hébergement de nuit de Saint-Vincent de Paul n'est pas épargné. « Vu la dégradation des finances publiques et la baisse des subventions, on envisage de faire payer un service gratuit » , déplore Anny Pheron, responsable du centre d'hébergement de nuit de Saint-Vincent de Paul, qui réfléchit à copier le modèle d'autres centres d'accueil de France qui font payer aux miséreux à la recherche d'un matelas la location des draps. L'événement du moment, c'est le traditionnel repas de Noël, le 20 décembre. Un repas « copieux » est prévu mais, faute de sous, il ne sera pas accompagné de cadeaux cette année.

Pour lire la suite de l'article télécharger le document en PDF.

Article du France-Antilles Guadeloupe 14.12.2012

11 décembre 2012 / RAPPORT DU GOUVERNEMENT SUR LA PAUVRETE EN FRANCE Décembre 2012

Le ministère des affaires sociales et de la santé et le ministère des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion ont remis au Parlement un rapport sur l'évolution de la pauvreté en France. En 2010, le nombre des situations de pauvreté a augmenté et s'est diversifié : 14,1 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté, contre 13,5 % en 2009. Ce sont 400 000 personnes qui sont tombées dans la pauvreté. Par ailleurs, les Français les plus modestes ne recourent pas suffisamment aux dispositifs auxquels ils ont droit. Ce phénomène du non-recours aux prestations sociales, dont ''importance a été soulignée lors de l'évaluation du RSA (le taux de non-recours au RSA activité est estimé à 68 %), se traduit par la réduction de l'efficacité des dispositifs censés aider les personnes.

Pour lire le rapport en entier télécharger le document en PDF.

RAPPORT DU GOUVERNEMENT SUR LA PAUVRETE EN FRANCE Décembre 2012

source du document

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/124000654/index.shtml#

11 décembre 2012 / Pauvreté : Ayrault annonce une hausse du RSA sur cinq ans

Article du journal " Libération" du 11.12.2012

A cette augmentation s'ajoutera la revalorisation automatique liée à l'inflation.
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault (photo AFP), doit annoncer mardi une hausse du RSA de 10% sur cinq ans, dès septembre 2013, a-t-on appris de source proche du dossier. Cette hausse concernera le RSA-socle (ex-RMI) et s’ajoutera à la revalorisation automatique liée à l’inflation, doit préciser Jean-Marc Ayrault en clôturant les travaux de la conférence nationale de lutte contre la pauvreté, selon la même source.
Le Revenu de solidarité active a remplacé le RMI (revenu minimum d’insertion) et l’allocation parent isolé en 2009. Il est composé de deux volets, l’un dit «socle» (ex-RMI), l’autre dit «activité», venant en complément d’une reprise partielle de travail. Le RSA-socle s'élève à environ 475 euros pour un célibataire sans enfant, et le RSA-activité est en moyenne de 170 euros. Quelque deux millions de foyers bénéficient du RSA, dont 1,39 million du RSA-socle, selon les derniers chiffres de la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf).

Pour lire la suite de l'article télécharger le document en PDF.

Article du journal " Libération" du 11.12.2012

10 décembre 2012 / Un mineur sur cinq en situation de pauvreté

Un mineur sur cinq en situation de pauvreté

Article du journal " Libération" du 10.12.2012


Les situations de pauvreté ont explosé ces dernières années. Des personnes jusqu’ici protégées se retrouvent en grande difficulté économique et sociale. 8,6 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 964 euros par mois.
Le gouvernement a ouvert ce lundi la conférence nationale de lutte contre la pauvreté, une série de mesures devraient être annoncées mardi. Un rapport très complet a été publié sur la question. Il regorge de chiffres très éloquents. Résumé en quatre graphiques.

 

Pour lire la suite de l'article télécharger le document en PDF

Article du journal " Libération" du 10.12.2012

9 décembre 2012 / «Respectés, les gens veulent s’en sortir»

Article du journal " Libération" du 10.12.2012

REPORTAGE Prix imbattables contre suivi individuel. L’épicerie sociale de Saint-Flour, dans le Cantal,cherche à rompre avec la «politique du don».


Par PASCALE NIVELLE Envoyée spéciale à Saint-Flour (Cantal)


«Avant», il y avait ceux qui faisaient «la tournée des popotes» sans complexes, bons alimentaires à la mairie, colis de vêtements au Secours populaire, paniers repas aux Restos du coeur… «Profiteurs», jasaient certains. Il y avait aussi tous ceux qu’on ne voyait jamais. La petite vieille toute ratatinée qui ne sortait pas de sa maison, 700 euros de pension, un bouillon d’échalote le soir et pas de chauffage en fin de mois. Le monsieur digne, entre fin de droits et retraite, le jeune sans diplômes ni RSA, le couple de quadragénaires surendettés… Honteux d’être devenus pauvres, et trop fiers pour faire la queue aux guichets de l’aide sociale. Dans une ville de 6 700 habitants, tout se sait. Entre «profiteurs» et «silencieux», quelque chose ne fonctionnait pas à Saint-Flour, sous-préfecture du Cantal.
En 2007, le maire (qui est aussi sénateur UDI), Pierre Jarlier, décide de faire un état des lieux et convoque une centaine de partenaires sociaux. Le constat est rude : dans ce département au PIB le plus faible de France, un habitant sur trois est à la retraite, souvent en dessous du seuil de pauvreté, à la merci d’une facture de chauffage excessive. Le taux de chômage, très bas, moins de 5%, cache une vraie misère sociale : «Les demandeurs d’emploi sont partis, car il n’y a pas d’emplois», explique Pierre Jarlier. Ceux qui sont restés se cachent : «Les pauvres, ici, viennent de la ruralité, un milieu où on ne se plaint pas, où on ne demande rien.» Selon les participants, «l’assistanat» et «la politique du don», humiliante et inadaptée, aggravent la situation. Autour de la table, c’est l’unanimité, il faut en sortir.

Pour lire la suite de l'article télécharger le document en PDF

Article du journal " Libération" du 9.12.2012

 

23 novembre 2012 / Echec au sommet européen sur le budget de l'Union

Malgré les nombreux appels du monde associatif européen et notamment des Banques Alimentaires, de la Croix Rouge française, des Restos du Coeur et du Secours populaire français, les chefs d’Etats européens ne sont pas parvenus à s’accorder sur la survie du programme européen d’aide aux plus démunis.

Aujourd’hui, le Conseil européen des chefs d’Etat a repoussé à plus tard les négociations sur le budget. Pourtant, le temps presse ! L’aide européenne alimentaire doit être maintenue, sinon ce sont 18 millions d’Européens qui seront délaissés pour les 7 années à venir, avec toutes les conséquences désastreuses que cela entrainera.

Transformons ce report en chance, pour nous mobiliser et redoubler d’efforts, afin de faire entendre la voix des plus faibles !

Témoignons de la détresse dans laquelle se trouvent des millions de femmes, d’enfants, de personnes âgées, de travailleurs pauvres, de jeunes, dans un contexte de grave crise économique et sociale.

Unissons-nous pour tirer la sonnette d’alarme auprès des décideurs européens qui ne semblent pas voir l’urgence de la situation, ni les conséquences dramatiques sur la santé et la sécurité des personnes si les associations n’ont plus les moyens d’oeuvrer.

Continuons de prouver l’efficacité de nos actions, qui bien au-delà de l’aide alimentaire contribuent à sortir de l’exclusion ces Européens que nous sommes souvent les seuls et les derniers à soutenir.

Affirmons l’absolue nécessité d’un dispositif qui soit à la hauteur de la situation : 4,75 milliards d’euros sur 7 ans, et pas un centime de moins, selon l’estimation de la Commission européenne. Un vrai dispositif d’aide alimentaire qui ne soit pas fondu dans les autres aides structurelles, toutes aussi indispensables.
Pour cela, nous comptons sur l’implication totale du gouvernement français qui s’est fermement engagé à assumer ses responsabilités.

Affirmons le principe de solidarité auprès des pays opposés au principe même d’une aide alimentaire mais aussi des organisations internationales, pour que l’Europe de demain sache se montrer digne de ses engagements.

Donnons la parole aux citoyens de tous les pays d’Europe et amplifions la mobilisation, partout en Europe, pour organiser toujours plus de Air Food et en signant la pétition sur www.theairfoodproject.com

17 octobre 2012 / Défendre l'aide alimentaire européenne

Les Banques Alimentaires, la Croix Rouge française, les Restos du Coeur et le Secours populaire français,
s’unissent pour sauver l’aide alimentaire européenne, aujourd’hui en sursis.

Le programme historique d’aide alimentaire européenne (PEAD), voté en 1987
par les institutions européennes et représentant seulement 1 € par Européen, permet, depuis plus de 25 ans,
d’assurer les besoins vitaux alimentaires de plus de 18 millions de personnes en grande difficulté.

Jusqu’à présent, 20 des 27 pays européens ont souhaité en bénéficier. Sept pays
(l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas, la République Tchèque, la Suède et le Royaume-Uni)
ne comprennent pas encore l’intérêt d’une aide alimentaire européenne. Pourtant,
ce sont 18 millions de personnes qui survivent grâce à cette solidarité.

Or, pour nos quatre associations, cette aide représente de 23% à 50% des denrées alimentaires distribuées,
soit 130 millions de repas qui risquent de disparaitre dans un an.
Il nous reste donc 3 mois pour interpeller les pouvoirs publics et mettre les décideurs européens
face à leurs responsabilités, dans un contexte de crise économique – et donc humanitaire - aggravé.
La flambée des prix agricoles et des prix à la consommation rendent inaccessibles
les produits d’alimentation vitaux à plusieurs millions d’Européens.

Pour faire face aux demandes qui vont se multiplier, les associations devront prévoir,
seules, leur approvisionnement dans les mois qui viennent, et risquent de se retrouver
impuissantes pour faire face aux demandes qui vont se multiplier.

AIRFOOD PROJECT
Pour sensibiliser le plus grand nombre d’Européens à cette problématique,
les associations proposent un outil de mobilisation citoyenne, baptisé « Airfood Project ».

Vous connaissez le Air Guitar, qui consiste à faire semblant de jouer de la guitare comme un pro,
mais sans guitare ? Et bien le Airfood Project, c’est un peu la même chose.
C’est un dîner où l’on mange… mais avec des assiettes vides.
Car dans quelques mois et sans cette aide alimentaire vitale,
18 millions d’Européens, eux, ne feront pas semblant.

Le Air Food Project, c’est une idée, un film, mais aussi un site internet,
une pétition, une page facebook et des Twitt pour permettre à chacun de soutenir le projet à sa manière.

A vous de vous mobiliser et de vous mettre en scène ! Rendez-vous sur www.theairfoodproject.com

6 septembre 2012  / J'ai dû vendre tout mon or pour acheter les cartables

J'ai dû vendre tout mon or pour acheter les cartables

Article du France-Antilles Guadeloupe 06.09.2012

Pour Dominique et Altaglacia, la vie n'est pas rose tous les jours.
L'argent manque à la maison. La rentrée et ses dépenses, un
gouffre qui les plonge encore un peu plus dans la difficulté. Elles se
débrouillent et vont à Saint-Vincent-de-Paul. Les enfants passent
avant tout le reste. Et surtout avant elles.

Pour lire la suite de l'article télécharger le document en PDF.

Article du France-Antilles Guadeloupe 06.09.2012

26. 05 2012 / Le Secours adventiste auprès des plus démunis

Le Secours adventiste auprès des plus démunis


Article du France-Antilles Guadeloupe 26.05.2012


Pour mieux répondre aux attentes des personnes dans le besoin, le
Secours adventiste a inauguré, dimanche, son nouveau bâtiment,
situé à la zone artisanale de Lacroix. ………


Pour lire la suite télécharger le document en PDF.

Article du France-Antilles Guadeloupe 26.05.2012

21.05.2012 / 31 000 Guadeloupéens ne mangent pas à leur faim

31 000 Guadeloupéens ne mangent pas à leur faim


Article du France-Antilles Guadeloupe 21.05.2012

Plus de la moitié des Guadeloupéens sont en « insécurité ou en insatisfaction alimentaire » .
C'est ce que révèle une étude sur les comportements alimentaires de la population
réalisée par l'Orsag (1) en 2010. Selon les chiffres, 7,6% de la population
(soit environ 31 000 personnes) déclarent ne pas avoir assez à manger,
ce que l'étude qualifie d'« insécurité alimentaire quantitative » .
Autre donnée d'importance : 49,5% des Guadeloupéens estiment avoir assez à manger,
mais pas toujours les aliments souhaités, ce que l'étude appelle de « l'insécurité qualitative » .
L'insécurité alimentaire est définie comme « l'accès restreint, inadéquat ou incertain
des personnes et des ménages à des aliments sains, nutritifs et personnellement
acceptables, tant sur le plan de la quantité que sur celui de la qualité,
pour leur permettre de combler leurs besoins énergétiques et de mener une vie saine et productive » .
Ces chiffres sont inquiétants puisqu'ils confirment d'une part que
des milliers de personnes ne gagnent pas suffisamment leur vie pour
manger à leur faim
, et d'autre part que la moitié de la………

Pour lire la suite télécharger le document en PDF.

Article du France-Antilles Guadeloupe 21.05.2012

 

 

17.04.2012 / La Guadeloupe est-elle fraternelle ?

La Guadeloupe est-elle fraternelle ?

Article du France-Antilles Guadeloupe 17.04.2012

Le 29 décembre, les présidents des collectivités (Région et Département et le président des maires)
ont demandé à Jacky Dahomay et Delile Diman-Anthénor d'organiser le débat dans le cadre
du projet guadeloupéen de société. L'idée étant de faire participer la population guadeloupéenne
à l'édification de ce projet. Pendant six mois, la population sera consultée, à travers des réunions
publiques organisées dans l'ensemble des communes de l'archipel, sur six thèmes (lire par ailleurs).
Pour le mois d'avril, le thème retenu est « La Guadeloupe est-elle fraternelle ? »
France-Antilles a demandé à une dizaine de personnes concernées par cette thématique,
soit par leur engagement ou leur travail, soit par leur parcours intellectuel, de contribuer à ce débat.
Voici les réponses que nous avons reçues.

Pour lire la suite télécharger le document en PDF.

Article du France-Antilles Guadeloupe 17.04.2012

 

Département de la Guadeloupe Google Analytics Alternative
Copyright ©2011 - 2016 AssociationLa Ferme Paradis